• Mylène

"TOUTANKHAMON - Le trésor du Pharaon", le dernier retour de la momie

Mis à jour : 29 févr. 2020

Intéressante? Pour sûr. Palpitante? Moins qu'attendue. C'est en tout cas notre ressenti en passant la grande porte de “Toutankhamon - le Trésor du Pharaon” dont le tombeau éphémère est installé à la Villette jusqu’au 22 septembre. Admiration et frustration s’entremêlent au gré de cette nouvelle expédition. Récit, non pas d’une grande égypto-phile, mais d’une simple egypto-fan un brin déçue.

150 biens exposés sur les 3500 exhumés

Et c’est pourtant déjà exceptionnel, du jamais vu.

Avec la promesse d’un spectacle si pharaonique, on imagine des objets millénaires jusqu’ici platement entrevus sur des photos d’archives : chars majestueux, cannes ornées, sarcophages ayant renfermés la célèbre dépouille royale. Allons-nous apercevoir le célèbre masque mortuaire ? Mais si, le visage indigo et doré que l’on connaît tous. Que neni, aucun de ces objets n’étaient présentés. Après recherches, il est apparemment impossible de faire voyager ces précieux vestiges hors du sol égyptien.


Nos yeux en avaient faim. De cette élégance, cette finesse intemporelle - irréelle pour l’époque. Bien sûr, les regards se délectent malgré tout des parures, statues, amulettes et autres coffres admirables de raffinement et dans un état de conservation époustouflant. L’expo est bien ficelée, on accompagne le Pharaon dans son voyage post-mortem à travers les objets disposés dans son tombeau. Une partie de l’installation nous conte brièvement la découverte de la sépulture en 1922 par l'archéologue anglais Howard Carter.


Beaucoup trop de monde

Même si tout est fait pour qu’elle soit fluide, l’affluence pèse. Pour cause, l’exposition est devenue officiellement la plus visitée de France avec 1,3 millions de visiteurs. Détrônant une autre exposition sur … Toutankhamon ! Datant de 1967, elle s’était tenue au Petit-Palais. Prévoyez de vous faufiler pour atteindre les reliques: on déplace les autres visiteurs comme des gravats sur un champ archéologique pour se retrouver, enfin, nez à nez, avec l’objet millénaire.


Et là, un iPhone vous cogne la tempe. “Oups, pardon!”, retour brutal au XXIème siècle. Vous remarquez rapidement que vous êtes cernés par des appareils photos, tablettes et autres reflex qui s’entrechoquent. Les visiteurs s’empressent de tout photographier, jusqu’aux simples écritaux descriptifs. Une fois leurs précieux clichés capturés, ils regardent à peine l’oeuvre de leurs propres yeux: des scènes qui nous semblent un brin déconcertantes, vous ne trouvez pas ?


Via l’exploitation de ce trésor antique, c’est une nouvelle richesse qui s’amoncelle au sous-sol: 24€ pour notre place, un vestiaire payant (3€ pour un casque de moto), 6€ l’audioguide et une boutique qui recèle bien sûr des habituels produits dérivés. Cette fois-ci, on ne tarit pas sur le nombre d’objets proposés aux portefeuilles: de la planche à découper aux t-shirts souvenir, le nom du roi est estampillé sur tout et n'importe quoi. Il faut reconnaître que l'entretien d'un tel trésor archéologique doit sûrement être gourmand en budget, d'où le désir de multiplier les sources de recettes.


Faut-il aller voir l’exposition “Toutankhamon - le Trésor du Pharaon” ?

Oui, ne serait-ce que pour l’intérêt historique de l’évènement. Mais pour les plus passionnés d’Egypte antique, vous comprendrez rapidement que le réel trésor se trouve bel et bien ailleurs. À quelques 3200 kilomètres, dans le futur "Grand Musée Egyptien" du Caire qui ouvrira normalement ses portes en 2021.



Toutankhamon - le Trésor du Pharaon

Du 23 mars au 22 septembre

Grande Hall de la Villette

À partir de 17€

Complet

  • Instagram
  • Noir LinkedIn Icône

© 2020 by Mylène Comte